LES DIFFICULTES LINGUISTIQUES COMME CAUSE MAJEURE D'ECHECS DANS L'APPRENTISSAGE DE LA PHILOSOPHIE DANS LES CLASSES DE TERMINALE. CAS DES LYCEES DE L'ENSEIGNEMENT GENERAL ET TECHNIQUE DE BRAZZAVILLE

  • Erick MASSOUSSA Université Marien N’Gouabi

Résumé

Les difficultés linguistiques sont un problème qui bloque les élèves de Terminale. Le fait que ces élèves ne maîtrisent pas le français qui est une langue d’enseignement au Congo bien qu’étant une langue seconde, constitue une difficulté qui se répercute sur l’apprentissage d’autres disciplines en l’occurrence la philosophie. La non maîtrise du français se traduit par la récurrence des fautes syntaxiques et lexicales retrouvées dans les cahiers et copies des élèves. Ces difficultés sont dues également à l’insuffisance de synonymes du vocabulaire philosophique dans nos langues nationales, d’où le manque de compréhension des enseignements de philosophie. Les résultats obtenus à cet effet sont révélateurs. Sur trente et deux (32) enseignants interrogés, tous sont tombés d’accord que les élèves de Terminale ne maîtrisent pas le français, soit 100%. Concernant l’insuffisance de synonymes, vingt et deux (22) enseignants ont répondu que l’insuffisance de synonymes du vocabulaire philosophique dans nos langues nationales constitue un obstacle dans l’apprentissage de la philosophie en Terminale, soit 68,75% contre dix (10) enseignants qui pensent le contraire soit 31,25%. D’où le faible niveau de ces derniers en philosophie.

Publiée
2018-06-16
Rubrique
Articles